Justice morte (2)

Nouvelle journée morte dans la Justice ce 11 Avril. Nice, Lorient, Boulogne-Billancourt… partout en France, Avocats, Magistrats et personnels de justice se mobilisent contre la réforme du gouvernement. Le projet de programmation de la justice de Nicole Belloubet doit être présenté en Conseil des ministres le 18 avril.

« Suppression des 307 tribunaux d’instance et de la fonction spécialisée de juge d’instance, organisation judiciaire illisible et éloignée du citoyen, déshumanisation de la justice, privatisation du contentieux civil »

dénoncent les syndicats professionnels qui redoutent une régression des droits de la défense, un recul du contrôle de la justice sur les atteintes aux libertés publiques, une suppression larvée du juge d’instruction et du juge de l’application des peines et moins de collégialité.

justice

Pour se faire entendre, tous les moyens sont bons. A Nice, les Avocats ont fermé le Palais de justice à clé. A Metz, ils ont lancé une grève « perlée » les 10, 11, 16, 17, 26 et 27 avril.

Ce n’est pas seulement notre pré-carré que nous défendons. Nous défendons le justiciable dans son ensemble. On veut essayer de passer en force et nous ne l’accèptons pas.

Mais Nicole Belloubet fait la sourde oreille. Le 3 Avril, la Garde des Sceaux a promis qu’aucune juridiction ne fermerait… tout en annonçant, quelques heures plus tard, la fusion des Tribunaux d’Instance avec les TGI dans certaines villes.

Le Conseil national des barreaux appelle tous les avocats à la manifestation nationale à 13h à Paris, en robe. Devraient s’y joindre Magistrats et personnels de justice. Plus de 20000 professionnels sont attendus. Le gouvernement tendra-t-il l’oreille ?

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
barbarasoleil
Invité
barbarasoleil

je vous le souhaite..battez-vous!

Annawenn
Invité
Annawenn

Tout passe en force dans ce pays. Au moins, la profession d’avocat dit « non ». Mais nous n’avons plus de liberté et tous les Français devraient résister. Je suis triste de constater que l’assistanat a pris une place plus importante que la liberté. J’ose croire que vous ne resterez pas seuls dans ce combat.