La déjudiciarisation du cannabis

C’est une mesure que j’attendais avec impatience. Cette nuit, l’Assemblée Nationale a voté le principe de l’amende forfaitaire pour les consommateurs de cannabis. Exit le recours aux tribunaux. Une fois l’infraction constatée, les services de police pourront verbaliser. Il vous en coûtera 200 € , payables sur place moyennant abattement. En cas de non paiement, l’amende sera majorée et recouvrée par le Trésor Public.

Les modalités d’application de cette loi restent à définir. Car plusieurs questions se posent : comment les services de police verbaliseront-ils dans la rue ? Quid des adresses « bidons » pour échapper à la majoration ?

Une guerre perdue par l’Etat

C’est à la fin des années 60 que le cannabis a envahi l’Occident. La jeunesse prônait alors le rejet de la bourgeoisie, de la société de consommation et de l’autorité. On se souvient ainsi du mouvement hippie, antimilitariste, qui protestait, d’abord aux Etats-Unis puis en Europe, contre la guerre du Viêt-Nam. 
Un demi-siècle plus tard, l’on évalue à 5 millions les consommateurs quotidiens de cannabis.

Dans le « produit » classique , on trouve deux principes actifs, le THC et le CBD. L’effet « défonce » est provoqué par le THC, l’effet apaisant par le CBD. (Notons que leCBD est aussi un puissant anti-inflammatoire dont plusieurs études scientifiques ont démontré un réel effet sur les personnes atteintes d’un cancer.)

Si le cannabis est devenu légal au Canada, il reste interdit en France où en 20 ans (1990/2010), le nombre d’affaires a explosé au point d’engorger les tribunaux. Il fallait donc déjudiciariser (au possible) sans dépénaliser sa consommation .

Dépénaliser le cannabis ?

Rappelons-le : la répression , qui ne cesse de s’accroitre, n’a aucun effet dissuasif sur les consommateurs. La France est le pays où l’on fume le plus de cannabis en Europe. Sa dépénalisation reste un vaste débat. Les politiques n’y sont pas (encore) prêts. Mais au fil des années, et les gouvernements se succédant, l’idée fait son chemin. Les enfants d’hier sont devenus parents. Nul doute qu’un jour, les Français iront acheter une barrette de cannabis aussi facilement qu’ils achètent, aujourd’hui, un paquet de cigarettes…

18
Poster un Commentaire

avatar
7 Fils de commentaires
11 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
8 Auteurs du commentaire
Virginie JeanjacquotleblogdunejuristeÉcriratureFilimagesAnnawenn (Mamy Horse) Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
iotop
Invité
iotop

Bon jour,
Quand un pays valorise les jeux d’argent, les addictions à tous les niveaux … l’avenir est compromis … il ne reste plus que le sauve-qui-peut ou attendre le couperet sur l’agonisant pays …
Max-Louis

Pangloss
Invité
Pangloss

Si on estime que le cannabis représente un danger, il peut être judicieux de lutter contre la consommation. Dans la rue, cela semble possible. Mais dans les entreprises? Les domiciles?
Quand on sait où se trouve les « points de vente », il serait plus malin de punir plus sévèrement le petit vendeur au détail.
Mais le mieux serait d’encourager notre ami Mohammed VI à se bouger un peu pour combattre la production.

Annawenn (Mamy Horse)
Invité
Annawenn (Mamy Horse)

Pourquoi Mohammed VI ? L’Ardèche, tu connais ? La production est locale, pas besoin de chercher trop loin 😉

Annawenn (Mamy Horse)
Invité
Annawenn (Mamy Horse)

Si je comprends bien, nous allons économiser des procédures ? Il est consommé et aussi produit en France 😉 Le principale problème reste le déclenchement de troubles mentaux (bon, les vaccins peut être aussi hein) avec l’usage du cannabis.
Espérons qu’ils n’achèteront plus de tabac, ça pollue le corps et les filtres ne sont pas biodégradables rapidement.
En plus, je retrouve de mégots dans le pré des animaux : le lait sera bizarre si les vaches mangent des restes de cannabis.

Gilles Labruyère
Invité
Gilles Labruyère

Venant des Pays-Bas, je trouve que la spirale converge bien lentement. Je trouve cette amende très mesquine. Parce que, qui va se faire prendre ? Le riche en sa maison ? Le jeune ou le moins riche dans le square ? Ceci-dit, à 1 milliard de recette potentielle par JOUR, je comprends que les calculettes s’agitent. Merci monsieur le député. Votre courage me glace d’effroi.
Et merci pour votre authentique courage, madame la Juriste.

Écrirature
Invité
Écrirature

Bonjour, vous vous êtes abonné à mon blog, puis-je connaître la raison car je ne vois ni com ni like de votre part avant ou après cet abonnement. Est-ce pour faire de la pub pour votre blog, est-ce pour lire mes articles sans réagir ? Est-ce pour penser à revenir le voir quand vous aurez le temps ? Est-ce une fausse manipulation ? Bonne journée.

Filimages
Invité
Filimages

Avec 80 000 morts par an, rien qu’en France, même le tabac devrait être interdit. Mais il rapporte tellement d’argent à l’État qu’aucun politique n’a le courage de prendre une décision. Mourrez, on encaisse !
Pour mémoire, on a interdit le Médiator parce qu’il aurait peut-être tué 500 personnes en 3 ans. Principe de précaution…

Virginie Jeanjacquot
Invité
Virginie Jeanjacquot

Aller hop, une idée de taxe pour l’état 🙂