L'affaire Quennedey

L’affaire est passée inaperçue et pourtant ! Son importance mérite que je lui consacre quelques lignes.

Hier soir -jeudi 29 Novembre- Benoit Quennedey, haut fonctionnaire du Sénat a été mis en examen pour trahison par livraison d’informations à une puissance étrangère, recueil en vue de livraison à une puissance étrangère et intelligence avec une puissance étrangère.

Autrefois, ce chef d’inculpation était puni par la peine… de mort.

La trahison, c’est…

« Le fait de livrer ou de rendre accessibles à une puissance étrangère, à une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou à leurs agents des renseignements, procédés, objets, documents, données informatisées ou fichiers dont l’exploitation, la divulgation ou la réunion est de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation est puni de quinze ans de détention criminelle et de 225 000 euros d’amende. »

(art. 411-6 du Code Pénal)

En droit français, la trahison est un crime.

Benoît Quennedey

L’arrestation, puis le déferrement de Benoit Quennedey ont provoqué la stupeur de ses partisans, relate Le Figaro . «Le fait de ne pas hurler avec les loups contre la Corée fait de vous un mauvais Français, comme disait le maréchal Pétain que semble apprécier Emmanuel Macron. Cette affaire est à la fois loufoque et écœurante

Fichtre ! Mais qui est Benoit Quennedey ?

« Il répond toujours présent aux invitations à célébrer le Jour du Soleil, fête nationale en l’honneur du « président éternel » Kim Il-sung : Benoît Quennedey est un habitué de la délégation de Corée du Nord à Paris, qui, faute de relations diplomatiques, n’est pas une « ambassade ». Et à Pyongyang, en septembre, son huitième voyage au pays des Kim, cet administrateur du Sénat portait fièrement à sa veste le pin’s à l’effigie du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et de son fils, Kim Jong-il. Les Nord-Coréens sont obligés de le porter, et on ne le remet qu’aux étrangers de confiance. »

écrit Le Monde. A 42 ans, diplômé de Sciences-Po et de l’ENA, Benoit Quennedey est administrateur en charge de l’architecture et des jardins du Sénat . Il est ce que l’on appelle « un haut fonctionnaire du Sénat »,  statut qui lui permet de bénéficier des privilèges et avantages liés à ses fonctions.  En retour, Benoit Quennedey est tenu par les devoirs de réserve, de probité, de neutralité et de discrétion prévus par l’ordonnance du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires.

Benoit Quennedey a consacré plusieurs travaux à la Corée du Nord. Président de l’Association d’amitié franco-coréenne, il a voyagé à de multiples reprises dans l’ensemble de la péninsule coréenne depuis 2005, et publié plusieurs ouvrages sur ce pays qu’il connait particulièrement bien.

A-t-il trahi la France ?

La DGSI s’interroge. Benoit Quennedey a-t-il transmis des informations sensibles au régime de Pyongyang ?  Interpellé dimanche soir à Paris, Benoît Quennedey a passé près de 96 heures en garde à vue dans les locaux des services du contre-espionnage français. Officiellement, pour une  «phase de vérifications et d’établissement de [ses] responsabilités éventuelles» .Quelles informations ? Difficile (voire impossible) de le savoir. Mais

«Si les faits incriminés étaient avérés, ils seraient d’une extrême gravité et seraient de nature à porter atteinte à la perception de notre institution. C’est pourquoi le Sénat pourrait se constituer partie civile.»

a communiqué le Sénat. Mardi soir, la Questure l’a d’ailleurs suspendu (à titre conservatoire) de ses fonctions.

Un ancien camarade de promotion de l’ENA a rapporté à l’AFP la passion ancienne de Benoît Quennedey pour ce pays. « Il y a près de 20 ans, il n’avait que d’éloges à l’égard de la Corée du Nord et s’élevait avec vigueur contre ceux qui qualifiaient ce régime de liberticide. Il nous expliquait que ce n’était pas un système dictatorial et que cette image était le fruit d’un complot américain« .

Une affaire « loufoque » ?

A l’issue de sa garde à vue, Benoît Quennedey a été présenté à un juge d’instruction puis mis en examen. Conformément aux réquisitions du parquet, il fut placé sous contrôle judiciaire, avec notamment l’interdiction de quitter le territoire, d’entrer en contact avec des tiers et d’exercer sa profession.

Silence des médias. L’on se dit qu’après tout, Benoit Quennedey n’est qu’un obscur fonctionnaire . Mais… un comité de soutien s’est déjà créé, dont la liste des membres sera « bientôt » connue. Et ce soir, un point presse se tiendra à la librairie Tropiques à Paris, annonce… le NPA. 

Cette affaire ne vous paraît-elle pas étrange ?

10
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
leblogdunejuristeMousticFilimagesPanglossLe Mousquetaire des Mots Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Annawenn (Mamy Horse)
Invité
Annawenn (Mamy Horse)

Pas plus étrange que d’autres. Je te remercie pour cette information.
C’est ma journée…… quand tu apprends que les fonctionnaires municipaux se mélangent aux gilets jaunes pour refiler des informations. Le pays de la dellation 😑

Le Mousquetaire des Mots
Invité
Le Mousquetaire des Mots

Une affaire étrange que celle-là. Un haut fonctionnaire serait soupçonné de trahir la patrie ? Tu as piqué ma curiosité, j’ai pioché dans la toile et ai trouvé une vidéo de ce monsieur fort intéressante. Je ne vois rien dans ce film une quelconque trahison, mais plutôt un énoncé de ce qu’est la Corée du Nord. Mais bon, je ne suis pas spécialiste de ces questions très « politiques ». Ce qu’il ressort de cette vidéo, c’est que c e jeune homme est de gauche. mais pas une gauche bobo, ça c’est certain. D’autant que j’ai vu apparaître au générique le sigle… Lire la suite »

Pangloss
Invité
Pangloss

Comment cet imbécile (on peut être instruit et imbécile), administrateur chargé de l’architecture et des jardins au Sénat (un super fromage!), a-t-il pu connaître des informations « sensibles » à moins de les chercher? Quelles informations traînaient au Sénat? Etc etc
Oui, cette affaire est étrange.

Filimages
Invité
Filimages

Il me semble que la trahison est passible de la peine de mort uniquement en temps de guerre.
Officiellement, nous sommes en temps de paix (si, si !). Donc il n’encourt qu’une peine de prison et une forte amende.

Moustic
Invité
Moustic

Les diplômes obtenus ne sont pas un signe d’intelligence , la prestation de cet individu le montre clairement.