550 km et 30 ans plus tard…

De ma fenêtre, j’aperçois les terrils de St Etienne qui cette nuit, se sont couverts de givre.  Je me dis qu’il y a trente ans, les marrons chauds me réchauffaient les doigts. Il faisait un froid de cigogne ; il n’était pas rare que l’hiver, le mercure descende à -14°C . Les voitures circulaient librement et si l’on voulait faire « chic », on faisait nos emplettes à la Fnac ou au Printemps .

En allant à la fac, je saluais Vauban, le Parlement Européen sans oublier cette bonne vieille cathédrale que j’ai dû visiter au moins cent fois ! Je me souviens encore du « ding ding ! » de ton horloge astronomique.

Strasbourg… Tu as raison, Saint-Etienne ne sera jamais aussi belle que toi. Mais 30 ans plus tard et 550 km plus loin, je pense encore à toi. On ne t’oublie pas comme ça ! 😉

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
leblogdunejuristeLHDDT 佐罗Panglossblackbonnie64Annawenn (Mamy Horse) Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Annawenn (Mamy Horse)
Invité
Annawenn (Mamy Horse)

Ton texte est très beau. J’ai passé moi aussi beaucoup de temps en Alsace chez ma grand-mère paternelle. C’est vrai que l’hiver était marqué
La cathédrale de Strasbourg est magnifique et le marché de Noël est presque magique.
Je n’oublie pas moi non plus.

blackbonnie64
Invité
blackbonnie64

Joli texte! Pour ne pas oublier. Surtout pas en ces temps où tout va vite, trop vite. Ce temps au cours desquels l’info se consomme dans l’urgence plus qu’elle ne s’assimile pour ce qu »elle représente.

Pangloss
Invité
Pangloss

Un beau brin de plume! J’ai presque envie de regretter Strasbourg où je n’ai fait que passer en route vers l’Allemagne..

LHDDT 佐罗
Invité
LHDDT 佐罗

Juriste et poètesse.. ya ketchose qui va pas. Pour ma part, je suis du pays de ce découvreur célèbre. Né pas loin de chez Jeanne mais grandi à Nancy jusqu’à 9 10 ans. Là bas, un vieux avait inventé une sorte de petite demi-mâchoire dentée qu’on fixait sous la chaussure à l’aide d’un ruban caïoutchouté -> à destination de tenir debout sur le verglas quand tu – sous ton béret, vas chercher ta baguette journalière. J’ai aussi connu -18 (Celcius) à Coulommiers. D’un hiver sur l’autre, on oublie qu’il est quasi impossible de faire 3 mètres sans que la bagnole… Lire la suite »