Nemo Auditur

Tout droit... ou presque !
Romand : et vous, l’auriez-vous libéré ?

Romand : et vous, l’auriez-vous libéré ?

Résultat de recherche d'images pour "jean claude romand"

Jean-Claude Romand. Cet homme a menti pendant 18 ans à sa famille en lui faisant croire qu’il était médecin humanitaire. En réalité, il escroque ses proches auxquels il promet de juteux placements financiers et rembourse les uns avec les sommes empruntées aux autres. Le 9 Janvier 1993, alors que son épouse est sur le point de découvrir la vérité, Jean-Claude Romand l’assassine avec un rouleau à pâtisserie. Puis il abat ses enfants, Caroline (7 ans) et Antoine (5 ans)  d’un tir de 22 long rifle dans leur sommeil. Il range la maison, relève le courrier, sort en ville acheter des journaux, puis regarde la télévision.  Le lendemain, il déjeune avec ses parents, les tue puis se rend chez son ancienne maîtresse (une amie de Bernard Kouchner) qu’il tente également de tuer.  Mais il rentre à son domicile qu’à 22 heures, il asperge d’essence. Les pompiers éteignent l’incendie, pénètrent dans le bâtiment où ils retrouvent les corps de Françoise Romand et de ses enfants.

Pour ces faits, Jean-Claude Romand fut condamné par la Cour d’Assises à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Il est donc libérable depuis 2015… à certaines conditions.

Résultat de recherche d'images pour "jean claude romand"
Les frères de Françoise Romand

En Septembre 2018, Jean-Claude Romand a demandé sa libération conditionnelle. Informée, la famille des victimes s’y oppose farouchement dans les médias, expliquant qu’elle considère Romand encore dangereux, y compris pour la société. Les frères de Françoise Romand ne comprennent pas. « Comment pourrait-il vivre librement alors qu’il a menti pendant des années à notre soeur et à ses enfants ? Qu’il les a sauvagement assassinés parce qu’il allait être découvert ? Il y a 25 ans, Romand a  manipulé le système. Aujourd’hui, il recommence. »  » s’exclament-ils.

Le Tribunal de l’Application des Peines semble l’avoir entendu. Car le 8 Février 2019, fut rejetée la demande de Jean-Claude Romand.

« En dépit de son parcours d’exécution de peine satisfaisant, les éléments du projet présenté et de la personnalité de Jean-Claude Romand ne permettent pas, en l’état, d’assurer un juste équilibre entre le respect des intérêts de la société, des droits des victimes et de la réinsertion du condamné. »

a exposé le Parquet.

Pour autant , les experts sollicités n’ont pas relevé de « dangerosité criminologique ». Selon l’administration pénitentiaire, Romand « est un détenu exemplaire » qui a suivi une formation d’ingénieur du son et appris un métier en restaurant des archives sonores pour l’Institut national de l’audiovisuel. Selon les psychiatres,  Romand a trouvé dans la détention «une certaine rédemption mystique qui l’aide à assumer sa culpabilité et la réalité de son procès ».  Car les murs de sa cellule seraient tapissés d’images pieuses. « Ces détenus ne récidivent jamais ».

Duplicité ?

La question reste entière. Et, en rejetant la demande de libération conditionnelle de Jean-Claude Romand, les magistrats ont exprimé leurs doutes. Nul ne sait si l’assassin a vraiment changé.

Son avocat se dit « très déçu ».

« Il voulait intégrer une communauté religieuse. On lui a dit vous ne pouvez pas adhérer à la communauté d’Emmaüs car c’est une communauté fragile. On lui a proposé autre chose. Ce n’est pas Romand qui a trouvé autre chose. Et le tribunal lui fait grief d’avoir subi cette modification, de l’avoir acceptée. Le tribunal lui demande ce qu’il voulait. Et bien Romand voulait intégrer une communauté religieuse, dans une période qui pouvait représenter un sas, et puis intégrer la communauté d’Emmaüs dans un second temps. Ces deux projets ne sont pas antinomiques mais complémentaires. Le tribunal a considéré que ce n’était pas le cas et c’est ce que je critique ».

Les parties civiles, elles, se disent « soulagées et satisfaites » . Pour elles, « le projet [de Jean Claude Romand] n’était pas suffisamment abouti et il n’y avait pas assez de garanties pour permettre un élargissement serein « . Elles dénoncent « une personnalité qui reste troublante ».

26 années de détention

Jean-Claude Romand reste en prison. Il bénéficie de 10 jours pour faire appel de la décision du Tribunal de l’Application des Peines.

Et vous, l’auriez-vous libéré ?

17
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
13 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Walter PASCOLIFilimagesPZ4270Libres jugements Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Walter PASCOLI
Invité
Walter PASCOLI

J’ai vu l’histoire dans une émission télé , oui , le parcours du bonhomme est assez édifiant !
Quant à le libérer , avec 5 morts à son actif … faut peut-être réfléchir …

Walter PASCOLI
Invité
Walter PASCOLI

PZ4270 a quitté la communauté wordpress , et maintenant ses posts ont moins de visibilité ! Est-ce une affaire ? Bonne question …

Libres jugements
Invité
Libres jugements

Le problème qui pourrait se poser est : si lui est libéré combien d’autre pourraient prétendre a même « mansuétude » et prenons ce raisonnement à l’envers combien de criminels ont été relâcher avant terme, alors pourquoi pas lui ?
Il doit être bien difficile de prendre la décision de relâcher dans la nature une personne ayant été condamné (bien évidemment à juste raison et avec force argumentation) avant le terme définitif de la sentence.
Et je ne parle pas de justice deux poids, deux mesures, en fonction des revenus, des relations ou de la notoriété de la personne

Cordialement
Michel

Filimages
Invité
Filimages

Mêmes les experts psychiatres se trompent souvent. Ce qu’il se passe dans le cerveau d’un homme échappe encore à toute science rationnelle. Alors qui prendrait la lourde responsabilité de faire sortir ce genre de personnage sans aucune garantie ? Dans le doute, je m’abstiendrais…

%d blogueurs aiment cette page :