Un vaccin assassin ? 💉

La dengue est une infection virale transmise par les moustiques, qui sĂ©vit dans les rĂ©gions tropicales et subtropicales de la planĂšte. Elle  provoque un syndrome de type grippal et peut entraĂźner la mort si la maladie Ă©volue. La dengue sĂ©vĂšre est ainsi l’une des grandes causes de  mortalitĂ© chez les enfants des pays d’Asie et d’AmĂ©rique latine.

Au cours des quarante derniÚres années, la dengue a considérablement progressé dans le monde. Selon une estimation récente, on compte 400 millions de malades par an dont 96 millions présentent des manifestations cliniques .

Il n’existe pas de traitement spĂ©cifique de la dengue. Mais en 2016, le laboratoire Sanofi Pasteur a mis au point le premier vaccin contre la dengue, le Dengvaxia alors que les vaccins des autres laboratoires en sont restĂ©s au stade clinique.

Sanofi fanfaronne. Son vaccin est unique au monde. C’est donc naturellement vers lui que se tournent les Philippines (premier pays touchĂ© par la dengue). Huit cent trente sept mille Ă©coliers sont vaccinĂ©s ; en France, l’usine Sanofi de SaĂŽne-et-Loire, entiĂšrement dĂ©diĂ©e au vaccin, est programmĂ©e pour produire cent millions de doses par an.

Mais trĂšs vite, les Philippines dĂ©chantent. Dix enfants dĂ©cĂšdent aprĂšs l’injection du Dengvaxia et plusieurs patients, qui ne souffraient pas de la dengue, tombent gravement malades aprĂšs avoir Ă©tĂ© exposĂ©s au virus. Le gouvernement suspend immĂ©diatement la campagne.

Manifestation Ă  Manille, aux Philippines contre le vaccin de Sanofi contre la dengue.

Une premiĂšre enquĂȘte est ouverte. On ignore encore ce qu’elle rĂ©vĂšle. Mais sur la foi de ses conclusions, le 1er Mars, Markk Perete, porte-parole du ministĂšre de la justice philippin a annoncĂ© l’ouverture de poursuites contre six responsables de Sanofi pour «nĂ©gligence grave ayant entraĂźnĂ© la mort».

«les membres du conseil d’administration de Sanofi Pasteur ont activement fait la promotion du produit en dĂ©pit de la connaissance des risques associĂ©s au vaccin [
] et Ă  son utilisation. Par la suite, quand des dĂ©cĂšs certains et d’autres urgences mĂ©dicales sont apparues, ils n’ont pas portĂ© assistance aux victimes et Ă  leurs familles. C’est une infraction par nĂ©gligence.»

Quatorze responsables du ministĂšre philippin de la SantĂ©, dont l’ancienne ministre Janette Garin, sont Ă©galement poursuivis.

Dans une dĂ©claration, Sanofi se dit «en profond dĂ©saccord avec les conclusions formulĂ©es» par Manille. Le laboratoire français affirme n’avoir jamais identifiĂ© de cas de dĂ©cĂšs liĂ©s Ă  l’utilisation de son vaccin.

Mais dĂ©jĂ , Sanofi a dĂ» revoir ses ambitions. DĂ©sormais, le Dengvaxia ne protĂšge que les personnes ayant Ă©tĂ© dĂ©jĂ  infectĂ©es par le virus. Et ce n’est qu’avec cette rĂ©serve qu’en 2018, il fut autorisĂ© Ă  la vente en Europe. Encore trĂšs mĂ©fiants, les Etats-Unis Ă©tudient actuellement une demande de mise sur le marchĂ© amĂ©ricain.

Aux Philippines, les dirigeants de Sanofi encourent six annĂ©es d’emprisonnement.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de