Confiance ou défiance ?

Chaque année, quelques 200 000 litiges locatifs sont soumis aux tribunaux. Les bailleurs sont les plus nombreux à agir. Il s’agit, dans 94% des cas, de loyers impayés ; un contentieux qui a augmenté de 30% en 20 ans ! Les locataires sont moins nombreux à saisir la Justice. L’essentiel du contentieux porte sur la non restitution du dépôt de garantie (ou « caution »).

Toujours, ces procédures sont longues et fastidieuses. Et bien entendu, soumises à l’aléa juridique : devant le Tribunal, vous n’êtes pas certain d’obtenir gain de cause.

Alors, Ludovic Cabanne a eu une idée : créer une plate-forme qui évalue, chaque année, locataires et propriétaires. C’est ainsi qu’est née « Onlouaki« .

Comment ça marche ?

Le principe est simple : que vous soyez propriétaire ou locataire, vous devez vous inscrire et créer un compte sur le site.

  • Le locataire est noté par son propriétaire selon plusieurs critères : paie-t-il ses loyers ? Respecte-t-il le voisinage ? Prend-il soin du bien loué ?

Ces évaluations lui permettront de démontrer à son prochain bailleur qu’il est un locataire sérieux et d’obtenir plus facilement la maison ou l’appartement qu’il convoite.

  • Le propriétaire est noté par son locataire : l’appartement loué est-il propre ? Bien situé ? Le propriétaire accorde-t-il du temps et de l’argent à l’entretien du bien qu’il loue ?

Ces évaluations lui permettront de louer son appartement ou sa maison plus aisément.

« J’avais acheté un appartement pour faire du locatif. J’ai eu un locataire qui ne payait pas ses loyers. Cela a duré plus de 18 mois ! Même avec le meilleur dossier du monde – en apparence car ils peuvent être trafiqués avec des fausses fiches de salaires par exemple-, on peut se tromper. C’est extrêmement difficile de choisir un locataire de confiance et cela génère un stress très important ».

Lancée en 2017, Onlouaki connaît un vif succès puisque déjà, 600 propriétaires et locataires s’y sont inscrits. La plate-forme s’adresse également aux agences immobilières.

« S’ils savent qu’ils n’auront pas d’impayés, pas de logement abimé, les propriétaires seront peut-être enclins à diminuer le montant des loyers. De la même façon, des propriétaires préférant laisser leurs logements inoccupés plutôt que de risquer des dégradations pourront être rassurés ».

Pourquoi pas ? Mais ce peut-être également une bonne manière d’exclure les locataires dont on ne veut pas. Aisément et légalement. Car pour s’inscrire, il faut renseigner son nom. Pour peu qu’il soit un tantinet exotique…

6
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
PZ4270FilimagesGilles Labruyère Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Gilles Labruyère
Invité
Gilles Labruyère

Je souhaite qu’on ne se mette pas à évaluer les juristes et les retraités ! Bonne soirée, madame la juriste.

Filimages
Invité
Filimages

Cela me semble une bonne idée, mais on fera le bilan après quelques mois d’essais, histoire de voir s’il n’y a pas d’effets de bords indésirables…
Quand aux noms exotiques, de toute façon, il faut bien les communiquer au bailleur, Onlouaki ou pas.