Des parents en… formation

Le 24 Avril, une convention a été signée entre Michel Garrandaux, Procureur de la République de Poitiers et l’ADSEA. Car c’est désormais possible : les parents défaillants pourront être contraints de suivre un stage de responsabilité parentale… sinon, ils seront condamnés.


« Il arrive que, lorsqu’un mineur est convoqué devant le tribunal, ses parents ne soient pas là ; il arrive que des parents dont l’enfant a été placé en garde à vue ne se déplacent pas au commissariat pour venir le récupérer . D’où l’idée de responsabiliser ces parents, quelque fois démunis, il faut bien le dire, et de les convoquer à ces stages où l’on va leur rappeler leurs obligations juridiques, économiques, sociales, morales. »

explique M. Garrandaux. Dans la Vienne l’an dernier, les moins de 13 ans représentaient 10% des jeunes interpellés. Les 13/16 ans, eux, représentaient 44% des jeunes interpellés!

Résultat de recherche d'images pour "parents à l'école"

« En 2017, policiers et gendarmes ont arrêté près de 1.200 mineurs.
 Ils représentent environ 20 à 25 % de la délinquance, cette part de mineurs monte même à plus de 30 % pour la délinquance de voie publique. »

Alors, le Parquet de Poitiers a décidé d’agir. Désormais, il en coûtera 50 € aux parents défaillants en cas de condamnation dans le cadre d’une procédure alternative ou de peine complémentaire. Ce stage, de trois demi-journées, devra favoriser les échanges pour que les parents convoqués prennent conscience de leur(s) responsabilité(s).

« on va leur rappeler leurs obligations juridiques, économiques, sociales, morales. »

Excellente initiative ! Ne trouvez-vous pas ? 🙂

Des notes au lycée

« Votre lycée est-il performant ? Vérifiez-le avec notre moteur de recherche » me propose le site internet de France Info. Heureuse maman d’un futur bachelier ( 🙂 ), je me suis bien entendu prêtée au jeu. Ou plutôt non, monsieur le Juge, j’avoue m’être précipitée sur son lien hypertexte (« mamaaaan! T’es relou !« …)  (1).

Résultat de recherche d'images pour "gif angoisse"

« et si l’établissement avait de mauvais résultats ? Et si j’étais une mauvaise mère en ayant inscrit mon fils dans le lycée le plusse pire de tout le département ? « 

Je souffle. Du calme ! Car in fine, les résultats m’ont agréablement surprise. Je m’explique :

  1. établissement public, « mon » lycée fonctionne avec les moyens dont on le dote. Par « on », j’entends l’Etat et la Région. Et vous l’avez compris, les finances ne sont pas toujours au beau fixe. Alors, avec un taux de réussite de 85%, une valeur ajoutée de 0 et un rapport de 85,7 à la moyenne nationale, je me dis que le lycée de mon fils tire plutôt bien son épingle du jeu.
  2. Et puis, « performance », qu’est-ce que cela signifie ? Un taux de réussite de 100 % au bac ? Un niveau comparable à celui d’Henri IV ? En tant que parent, ce n’est pas ce que je lui demande. En tout cas, pas uniquement. Car ainsi l’année dernière, mon fils s’est trouvé en grande difficulté. Mais le lycée s’est mobilisé, ses professeurs m’ont appelée et j’ai même été (longuement) reçue et écoutée ! par le proviseur. Sans ce chef d’établissement, mon fils aurait été orienté n’importe comment, sans réel projet professionnel, pourvu qu’il donne satisfaction aux statisticiens du gouvernement. Alors pour moi, la performance est là.

Un lycée performant en termes de réussite n’est pas forcément « meilleur » qu’un lycée qui privilégie l’accompagnement de ses élèves .

Tout de même, je trouve bizarre cette volonté de nos gouvernants à vouloir nous faire rentrer dans des cases en nous imposant des chiffres ! Ne comprennent-ils pas que cette vision comptable (de l’éducation, de la santé et même de la Justice !) dégrade nos services publics et démotive ses agents ?! Sans oublier nos enfants, stressés et angoissés par ce monde chaotique à l’avenir incertain ? Leur avenir ne se résume pas aux « taux de performance » de leur lycée… heureusement !

Résultat de recherche d'images pour "gif cannabis"
Pour lutter contre l’angoisse et le stress, 39% des 17 ans ont fumé du cannabis en 2017

 

(1) mon fils reproche à ma génération d’avoir un train de retard (normal, c’est jour de grève à la SNCF !). Ainsi, « se logger », avec un « password » sont des expressions interdites à la maison . « Trop relou ! » 😀 😀