Les mesures dites « fortes »

Au lendemain du saccage des Champs Elysées, le Premier Ministre a annoncé les mesures « fortes » promises par le Président de la République.

Quelles sont-elles ?

  • un nouveau Préfet. Exit Michel Delpuech. Dès mercredi, Didier Lallement, actuel préfet de Nouvelle Aquitaine deviendra Préfet de Paris. Haut fonctionnaire expérimenté, c’est lui qui, sous l’égide de Manuel Valls, a mis en place les secrétariats généraux pour l’administration du ministère de l’intérieur (SGAMI) qui mutualisent les fonctions « support» de la police et de la gendarmerie. Le fusible a sauté.
  • le retour du LBD. Edouard Philippe demande aux forces de l’ordre d’aller « au contact » et d’user massivement du LBD,  pourtant controversé (lire ICI). Vers de nouveaux blessés ?
  • les manifestations seront interdites dans les quartiers déjà pillés et si l’Etat a eu connaissance de la présence de casseurs parmi les manifestants. Les forces de police disperseront les mouvements de foule interdits et verbaliseront les récalcitrants. Est-ce réaliste ?
  • les  appels à la violence des «personnalité » Gilets Jaunes seront systématiquement signalés à la justice par les services de l’Intérieur. Matignon a donné des instructions en ce sens. Vous noterez la tutelle.

Ces mesures suffiront-elles ? Christophe Castaner, dont les jours sont comptés Place Beauvau, jouera son va-tout samedi.

Cagnotte Dettinger : que deviendra l’argent ?

Devant le tribunal correctionnel de Paris, Christophe Dettinger a expliqué n'avoir "pas eu le contrôle".

Leetchi annonce avoir saisi la justice en référé (procédure d’urgence) car Christophe Dettinger, en détention provisoire pour avoir « boxé » deux gendarmes à Paris, a demandé que l’argent récolté soit viré sur un autre compte que prévu .

En outre, affirme Leetchi, les Dettinger n’ont pas fourni «les devis d’honoraires d’avocats correspondant à l’objet de la cagnotte» qui a récolté près de 120 000 €.

 

Flash-ball : saisi en référé, le Conseil d’Etat en maintient l’utilisation

Résultat de recherche d'images pour "lbd"

Le 26 Janvier, je vous interrogeais : le flash-ball doit-il être interdit ? Après le refus du Tribunal Administratif de faire droit à la requête de la CGT et de la Ligue des Droits de l’Homme, celles-ci ont saisi le Conseil d’Etat pour obtenir l’interdiction, par les forces de police, d’utiliser le flash-ball lors des prochaines manifestations à Paris et en France.

« L’organisation des opérations de maintien de l’ordre mises en place lors des récentes manifestations ne [révèle] pas une intention des autorités de ne pas respecter les conditions d’usage, strictes, mises à l’utilisation de ces armes. Les conditions d’utilisation de ces armes sont strictement encadrées par le Code de la sécurité intérieure, afin de garantir que leur emploi est, d’une part, nécessaire au maintien de l’ordre public compte tenu de circonstances, et d’autre part, proportionné au trouble à faire cesser ». 

Le Conseil d’Etat, statuant en référé, a donc refusé de suspendre l’utilisation du LBD, probablement pour assurer la sécurité des forces de l’ordre à quelques heures de l’acte XII des Gilets Jaunes.

L’avocat de la LGD a annoncé qu’il saisira le Conseil d’Etat au fond.

Le flash-ball doit-il être interdit ?

Résultat de recherche d'images pour "LBD"

Le flash-ball est un lanceur de balles de défense (ou LBD). Créé à l’intention des particuliers pour leur proposer une alternative aux armes à feu traditionnelles, il équipe  désormais les forces de police et de gendarmerie . Le flash-ball est une arme dite sublétale : elle ne peut tuer. Mais depuis quelques semaines, il fait l’objet de vives critiques. Plusieurs manifestants ont été gravement blessés lors des manifestations des Gilets Jaunes. Le Défenseur des Droits en a demandé l’interdiction.

Le 24 Janvier, la CGT et la Ligue des Droits de l’Homme ont saisi le Tribunal Administratif de Paris d’une procédure d’urgence. Craignant de nouvelles victimes, le syndicat et l’association ont tenté d’obtenir l’interdiction du flash-ball pendant les manifestations des gilets jaunes et de la grève générale prévue pour le 5 Février à Paris et dans toute la France…

Lire la suite de « Le flash-ball doit-il être interdit ? »

"Tuer les policiers"


St Etienne à midi, Place de l’Hôtel de Ville

St Etienne, Place de l’Hôtel de Ville à midi. J’ambitionne de faire quelques emplettes . Mauvaise idée, mauvais jour ! Le gaz lacrymogène remplace l’odeur des marrons chauds et des pains d’épice… 

Lire la suite de « "Tuer les policiers" »