70 652 détenus en France

Administrée par le Ministère de la Justice, la population carcérale comprend l’ensemble des individus, prévenus et condamnés, détendus dans les établissements pénitentiaires ou sous contrôle de l’administration pénitentiaire par l’intermédiaire du bracelet électronique.

La surpopulation carcérale est un phénomène récurrent. Elle se concentre dans les maisons d’arrêts, qui accueillent les personnes en attente de jugement ou condamnées à de courtes peines de prison. Dans ces établissements, le taux d’occupation moyen est de 140% : bien souvent, trois personnes partagent une cellule de 9 m², dormant sur des matelas posés à même le sol.

Résultat de recherche d'images pour "population carcérale"

Au 1er janvier 2019, 70 059 personnes étaient détenues dans des prisons pouvant accueillir 60 151 détenus. Ce chiffre a grimpé à 70 652 détenus en Février. A Béthune ou Nîmes, la surpopulation carcérale atteint 200%.

Comme les mois précédents, près du tiers des personnes incarcérées (20.776) sont des prévenus détenus dans l’attente de leur jugement. La part des femmes (3,6% de la population carcérale totale) et celle des mineurs (1%) restent stables. Au total, 82.206 personnes étaient placées sous écrou, dont 11.554 faisant l’objet d’un placement sous surveillance électronique ou d’un placement à l’extérieur, des chiffres en légère hausse.

La réforme du gouvernement, adoptée cette semaine, prévoit 7000 places supplémentaires et surtout, la fin des courtes peines d’emprisonnement. Les alternatives à l’incarcération seront développées, notamment les travaux d’intérêt général.