Un vaccin assassin ? 💉

La dengue est une infection virale transmise par les moustiques, qui sévit dans les régions tropicales et subtropicales de la planète. Elle  provoque un syndrome de type grippal et peut entraîner la mort si la maladie évolue. La dengue sévère est ainsi l’une des grandes causes de  mortalité chez les enfants des pays d’Asie et d’Amérique latine.

Au cours des quarante dernières années, la dengue a considérablement progressé dans le monde. Selon une estimation récente, on compte 400 millions de malades par an dont 96 millions présentent des manifestations cliniques .

Il n’existe pas de traitement spécifique de la dengue. Mais en 2016, le laboratoire Sanofi Pasteur a mis au point le premier vaccin contre la dengue, le Dengvaxia alors que les vaccins des autres laboratoires en sont restés au stade clinique.

Sanofi fanfaronne. Son vaccin est unique au monde. C’est donc naturellement vers lui que se tournent les Philippines (premier pays touché par la dengue). Huit cent trente sept mille écoliers sont vaccinés ; en France, l’usine Sanofi de Saône-et-Loire, entièrement dédiée au vaccin, est programmée pour produire cent millions de doses par an.

Mais très vite, les Philippines déchantent. Dix enfants décèdent après l’injection du Dengvaxia et plusieurs patients, qui ne souffraient pas de la dengue, tombent gravement malades après avoir été exposés au virus. Le gouvernement suspend immédiatement la campagne.

Manifestation à Manille, aux Philippines contre le vaccin de Sanofi contre la dengue.

Une première enquête est ouverte. On ignore encore ce qu’elle révèle. Mais sur la foi de ses conclusions, le 1er Mars, Markk Perete, porte-parole du ministère de la justice philippin a annoncé l’ouverture de poursuites contre six responsables de Sanofi pour «négligence grave ayant entraîné la mort».

«les membres du conseil d’administration de Sanofi Pasteur ont activement fait la promotion du produit en dépit de la connaissance des risques associés au vaccin […] et à son utilisation. Par la suite, quand des décès certains et d’autres urgences médicales sont apparues, ils n’ont pas porté assistance aux victimes et à leurs familles. C’est une infraction par négligence.»

Quatorze responsables du ministère philippin de la Santé, dont l’ancienne ministre Janette Garin, sont également poursuivis.

Dans une déclaration, Sanofi se dit «en profond désaccord avec les conclusions formulées» par Manille. Le laboratoire français affirme n’avoir jamais identifié de cas de décès liés à l’utilisation de son vaccin.

Mais déjà, Sanofi a dû revoir ses ambitions. Désormais, le Dengvaxia ne protège que les personnes ayant été déjà infectées par le virus. Et ce n’est qu’avec cette réserve qu’en 2018, il fut autorisé à la vente en Europe. Encore très méfiants, les Etats-Unis étudient actuellement une demande de mise sur le marché américain.

Aux Philippines, les dirigeants de Sanofi encourent six années d’emprisonnement.

Cancer : l’esprit sein

Résultat de recherche d'images pour "sein humour"

En France, un établissement de soins (hôpital ou clinique) doit respecter le seuil minimal de 30  interventions par an pour les cancers du sein et de 20 par an pour les cancers gynécologiques (*) s’il veut conserver son habilitation. Car selon les cancérologues, «la chirurgie d’un cancer nécessite une expertise technique que seuls un enseignement et un entraînement intensifs et spécialisés peuvent produire. Un chirurgien du cancer doit maîtriser des techniques très diverses, dépassant le plus souvent le champ de sa propre spécialité d’origine afin de réaliser une intervention assurant le retrait total de la tumeur, sans dissémination, sans fragmentation, avec un taux de complications contrôlé et des séquelles limitées».

En 2014, révèle un rapport de l’Assurance maladie, 20% des services ayant facturé des opérations pour des cancers du sein n’avaient pas l’autorisation de le faire, faute d’expertise suffisante. Et l’année suivant ces opérations, il y eut deux fois plus de décès parmi les femmes opérées au sein de ces établissements non habilités.

En 2019, le seuil de 30 interventions par an n’est toujours pas respecté sur une patiente sur cinq.  Alors, la loi de financement de la sécurité sociale a prévu des sanctions pour ces établissements hors la loi. En outre, les seuils minimums pour être autorisé à pratiquer une opération seront prochainement relevés.

Chères lectrices, soyez donc prudentes. Pour trouver un établissement autorisé à pratiquer l’opération, l’Institut national du cancer propose sur son site internet une carte de France accompagnée de la liste des établissements autorisés à opérer.

 

(*)En Allemagne, en Espagne et en Italie, le seuil minimum est de 150 opérations par an.

Le secret des affaires

Promulguée le 30 Juillet 2018 après avoir été validée par le Conseil Constitutionnel, la loi sur le secret des affaires vise à protéger les entreprises contre le vol de leurs secrets industriels ou leur divulgation à des concurrents ou au grand public.

Ces dispositions permettent-elles de protéger les secrets les plus inavouables d’entreprises malveillantes ? La question mérite d’être posée lorsqu’elles concernent les implants médicaux…

Lire la suite de « Le secret des affaires »

Chinois débridés

Info ou intox ? He Jiankui, chercheur à l’université de Shenzhen (Chine) annonce avoir créé les premiers bébés humains (deux jumelles) génétiquement modifiés.

Lire la suite de « Chinois débridés »

Le mardi, c’est permis ! 😜

2576dafd96d89a37c0f58d8536db92d0.jpg

Admise le 5 octobre aux urgences de l’hôpital Sainte-Musse de Toulon , une jeune femme victime de malaises a été giflée trois fois par une médecin-urgentiste.

5 jours d’ITT.

Opiacés : le Canada se fâche

opium vert

Les opiacés sont des substances dérivées de l’opium. Le plus connu est la morphine, qui entraîne une forte et rapide dépendance du patient. Mais il y a aussi la codéine, l’héroïne, la méthadone ou encore le laudanum. Aux Etats-Unis en 2016, plus de 50 000 personnes sont mortes d’overdose, celle-ci étant devenue la première cause de décès chez les moins de 50 ans. Alors le 29 Août, la Colombie-Britannique, l’une des provinces canadiennes les plus touchées par les surdoses d’opiacés, a annoncé avoir saisi la justice contre plus de 40 entreprises pharmaceutiques fabriquant ou commercialisant de puissants analgésiques à l’origine de milliers de morts au Canada…

Lire la suite de « Opiacés : le Canada se fâche »